Emmanuelle Leray récompensée à l'oral – INCR

Emmanuelle Leray récompensée à l’oral

Mis en ligne le 6 février 2013

Lors du 28ème congrès de l'ECTRIMS (European Committee for Treatment and Research In Multiple Sclerosis) qui s'est tenu à Lyon du 10 au 13 octobre 2012, l'un des deux prix pour les meilleures communications orales de jeunes chercheurs (nés après le 1er janvier 1977) a été décerné à Emmanuelle Leray, épidémiologiste dans l'équipe Neurosciences Cliniques du CIC-P 0203 et esneignante-chercheur au département EPI-BIOSTAT de l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique à Rennes, pour sa présentation sur l'étude SURVIMUS, une étude multicentrique française de la mortalité dans la sclérose en plaques.

Cette étude de grande ampleur, financée par la Fondation ARSEP, réunit les données de 15 centres experts de la sclérose en plaques en France. Depuis les années 1990, plusieurs études ont été menées sur l'espérance de vie des patients, notamment aux Etats-Unis, au Canada et dans plusieurs pays d'Europe dont une dans l'ouest de la France. Toutes ont montré une surmortalité des patients par rapport à la population générale du pays concerné. Néanmoins, les résultats publiés par l'équipe rennaise sur 2000 patients montrait une surmortalité beaucoup plus faible, possiblement lié au fait que la base de données contient davantage de patients ayant débuté leur maladie il y a moins longtemps, et donc moins de décès sont survenus. A l'heure où la SEP fait l'objet de nombreuses recherches, notamment thérapeutiques, il est nécessaire de disposer d'informations précises sur la mortalité liée à cette maladie. C'est pourquoi, l'équipe rennaise a décidé d'initier une étude multicentrique sur près de 25000 patients, nommée SURVIMUS (SURVIval in MUltiple Sclerosis) coordonnée par Emmanuelle Leray.

Les objectifs de cette étude sont de : 1) Mesurer la durée de vie de patients atteints de sclérose en plaques et décrire les causes de décès. 2) Etudier les facteurs associés. 3) Comparer leur durée de vie à celle de la population française. 4) Mettre en évidence d'éventuelles disparités régionales.

Les résultats préliminaires présentés à l'ECTRIMS le 12 octobre dernier portent sur 22371 patients et confirment une légère surmortalité des patients, telle que démontrée sur les données de l'Ouest de la France. Des efforts vont être faits dans les semaines à venir pour essayer d'inclure encore plus de patients, afin d'être sur un effectif total de 25000 à 30000 patients. Les résultats de cette étude seront disponibles courant 2013.

Téléchargez en PDF la présentation de l'étude « The SURVIMUS study »