Deux jeunes chercheurs de l’INCR dans la cour des grands ! – INCR

Deux jeunes chercheurs de l’INCR dans la cour des grands !

Mis en ligne le 18 juillet 2016

Pierre-Yves Jonin et Quentin Duché, jeunes chercheurs à l'INCR, vont présenter trois communications orales, à l'International Conference of Memory à Budapest (Hongrie), dans le cadre du projet KNOVELTY sur la maladie d'Alzheimer.

 

Cet été, à Budapest, se tiendra l'ICOM (International Conference of Memory) du 17 au 22 Juillet 2016. Ce congrès international n'a lieu que tous les cinq ans et rassemble les plus grands noms de la communauté internationale de la recherche fondamentale sur la mémoire.
Deux jeunes chercheurs de l'Institut des Neurosciences Cliniques de Rennes, Pierre-Yves Jonin et Quentin Duché, du projet KNOVELTY au sein de l'unité INSERM VisAGeS de Monsieur Christian Barillot, ont été choisis parmi de nombreux candidats pour présenter les conclusions de leurs recherches à travers trois communications orales lors de l'ICOM. Il s'agit selon le Docteur Serge Belliard d' « un résultat assez exceptionnel » dans la mesure où ces communications orales sont peu nombreuses comparées au nombre de publications écrites.
Ils vont dans un premier temps exposer les conclusions de leur expérience sur la meilleure manière de mémoriser à long terme. Il s'agit de tester la meilleure façon d'assimiler une information. Est-ce en apprenant en vue d'examens ou bien est-ce en s'entraînant à se rappeler sans effort de mémorisation ? Ce test a permis de démontrer que lorsque que l'on accède soi-même à l'information cela permet d'enrichir les traces de la mémoire et d'augmenter les chemins pour retrouver celle-ci.
Leur seconde intervention portera sur l'impact de la familiarité ou de la nouveauté, sur la facilité à se souvenir. En effet, afin d'aider les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer à se rappeler au quotidien, ils se sont interrogés sur les éléments qui peuvent faciliter ce processus à savoir la nouveauté de l'information ou bien la familiarité de celle-ci. Les résultats ont prouvé qu'indépendamment de l'âge des personnes testées, la familiarité de l'information facilite sa mémorisation.
Enfin, leur dernière présentation portera sur une étude de cas présentant un type particulier d'amnésie.