SEP : le traitement des poussées par voie orale enfin prouvé – INCR

SEP : le traitement des poussées par voie orale enfin prouvé

Mis en ligne le 22 juillet 2015

 La sclérose en plaques (SEP) se caractérise par des « poussées » qui nécessitent un traitement par corticoïdes à  fortes doses  par voie intraveineuse pendant 3 à 5 jours  et, le plus souvent, une hospitalisation. L’équipe de la SEP du service de neurologie du CHU de Rennes et le réseau SEP-Bretagne  vient d’apporter la preuve qu’un traitement corticoïdes à fortes doses donné par voie orale  était aussi efficace et aussi bien toléré . Pour le professeur Gilles EDAN, « cette étude va entrainer un changement de pratique dans la prise en charge des poussées de sclérose en plaques, permettant que le traitement se fasse à domicile, ce qui est appréciable pour le confort des patients  ».

 

 

La revue scientifique médicale The Lancet, l’une des plus prestigieuses dans le monde, ne s’y est pas trompée. En publiant en un temps record (un mois) l’étude scientifique imaginée et portée par l’équipe de neurologie du CHU de Rennes, emmenée par le Docteur Emmanuelle Le Page et le Professeur Gilles Edan, The Lancet valide la portée majeure de ce travail qui va entrainer un changement de pratique dans la prise en charge des poussées de la SEP.

En effet, quand les poussées de la SEP surviennent, à intervalles plus ou moins réguliers, il était jusqu’à présent habituel de les traiter par de fortes doses de corticoïdes, administrées en perfusion intra veineuse , le plus souvent à l’hôpital. L’étude COPOUSEP (Corticothérapie Orale dans le traitement des POUssées de SEP) a été pensée pour répondre à la question de l’efficacité des corticoïdes lorsqu’ils sont administrés par voie orale dans cette indication.

L’étude a été menée auprès de 200 patients, comparant l’impact d’une prise de forte dose de corticoïdes 1 gramme par jour pendant 3 ou 5 jours donnée soit en perfusion intraveineuse pendant quelques heures chaque jour, soit par voie orale .  Elle  a apporté la preuve scientifique irréfutable que le traitement par voie orale   est aussi efficace que le traitement par perfusion à l’hôpital et avec le même niveau de sécurité pour les malades.

Le premier apport de cette étude est d’améliorer le confort des patients : la prise orale de corticoïdes ne nécessite pas d’hospitalisation, de déplacements, d’immobilisation liée à la perfusion qui peut durer plusieurs heures ni de cathéter. L’autre apport est de permettre des économies liées à l’absence d’hospitalisation ou de recours aux professionnels pour poser une perfusion à domicile, et à l’absence également d’utilisation de matériel lié à la voie intraveineuse.

L’étude a été promue et pilotée par l’équipe de Rennes avec le concours de l’association SEP Bretagne, les CHU de Nantes, de Nice et par l’hôpital de la Pitié Salpêtrière.

Cette étude a bénéficié des soutiens du Ministère de la Santé, de la Ligue française contre la SEP et du Laboratoire TEVA Santé.

Pour en savoir plus :  http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(15)61137-0/abstract

En PDF : Article paru dans Le Figaro du 6 juillet 2015 : « Sclérose en plaques : pourquoi la recherche va décoller »